Les orages d’été, la météo hivernale, tout au long de l’année la pluie peut surprendre sur la route. Il y a des réflexes à adopter en voiture afin de conduire sous la pluie sans prendre de risques. Mais votre principal atout reste l’état de vos pneus.

Par Publié le : juin 11, 2021Catégories : Conduite963 Mots4.9 min de lecture
Conduire sous la pluie : des pneus en bon état assurent votre sécurité
© Pixabay / jwvein

Hormis pour de longs trajets, il est rare de consulter la météo dès que vous prenez la voiture. Pour cela, rezulteo partage avec vous quelques conseils et réflexes à suivre en cas de soudaine averse : conduire sous la pluie s’apprend ! De l’équipement des pneus aux gestes de conduite, vous saurez tout pour maintenir votre sécurité sur un sol mouillé.

Conduire sous la pluie : comment bien équiper votre voiture ?

Pour conduire sous la pluie, votre véhicule doit garantir votre sécurité et vous assurer un trajet serein. Pour cela vous devez contrôler régulièrement l’état de votre voiture :

●      vérifier le bon état de vos essuie-glace avant et arrière

●      vérifier le niveau d’usure de vos pneus : la profondeur minimale légale des sculptures du pneumatique doit être de 1,6 mm. Par sécurité, donnez-vous comme limite 3mm pour les pneus été et toutes saisons. De 4 mm pour les pneus hiver. Les sculptures profondes évacuent davantage l’eau et préviennent d’un éventuel aquaplaning. Vous pouvez aussi simplement surveiller les témoins d’usure. 

●      vérifier l’état des pneus : l’usure doit être uniforme même au niveau des sillons qui ne doivent pas être déformés.

●      vérifier la bonne pression de vos pneus : un pneumatique sous-gonflé favorise une mauvaise adhérence et le risque d’aquaplaning.

●      vérifier le bon fonctionnement de l’éclairage de la voiture

Adaptez votre vitesse pour conduire sous la pluie

Par temps de pluie, le risque d’accident est multiplié par deux. Alors, toutes les précautions sont à prendre au volant de votre voiture. Comment pouvez-vous conduire sous la pluie sans vous mettre en danger ?

Côté vitesse, vous devez immédiatement ralentir votre allure et laisser plus de distance avec le véhicule qui vous devance. Un freinage brusque est vite arrivé en cas de mauvaise météo. Même équipée de pneus performants, votre automobile mettra une distance d’arrêt plus longue sur chaussée mouillée que sur route sèche. Ne freinez donc pas au dernier moment et essayez d’anticiper.

Conseil d’expert : laissez une distance équivalente à 4 secondes de trajet entre vous et le véhicule qui vous précède.

Par temps de forte pluie quand la visibilité est difficile, tout conducteur doit réguler sa vitesse qui se limite à 50 km/h sur tous les réseaux routiers. N’accélérez pas de manière vive.

A l’approche d’un virage, freinez doucement en étant sur la ligne droite avant que la route ne tourne. Cette action vous évitera de provoquer un sous-virage, c’est-à-dire, le pneu avant qui décroche en premier. Dans un virage, gardez votre allure de façon modérée.

Restez concentré et gardez le contrôle sur la route en tenant le volant à deux mains. Sur la route détrempée, vous croiserez des camions et d’autres véhicules roulant plus vite que vous qui vont projeter de l’eau et réduire temporairement votre visibilité. Si vous dépassez des piétons ou des cyclistes, ralentissez à l’approche des flaques d’eau.

A savoir : vous sentez la voiture glisser ? En cas d’aquaplaning, levez le pied de l’accélérateur mais ne freinez pas ! Les pneus pourraient manquer d’adhérence et se comporter comme sur une patinoire. Quand vous sentez perdre le contrôle, levez le pied de l’accélérateur et faites travailler le frein moteur jusqu’à retrouver l’adhérence des roues.

Durant une intempérie, l’anticipation est le comportement à adopter pour vous prévenir des dangers routiers. Tout comme la conduite sur neige et glace, vous éviterez les gestes brusques au volant pour conduire sous la pluie.

En cas de perte d’adhérence, le mieux est de ralentir afin de retrouver un meilleur contact avec l’asphalte. De plus, les pneus garderont un meilleur contact à la route et une meilleure motricité à vitesse réduite.

A savoir :  observez les traces laissées par les autres véhicules. Si elles sont étroites, cela veut dire que l’eau n’est pas assez évacuée de la chaussée et donc il faut davantage réduire votre vitesse.

Les réflexes utiles pour conduire sous la pluie

Dès que la pluie commence à tomber, la première chose que vous avez à faire est de vérifier que votre voiture a bien allumé ses feux de croisement. Comme le dit le Code de la route, il faut bien voir la route mais aussi être vu ! Mais évitez d’activer les feux antibrouillard qui ne feraient qu’éblouir les autres conducteurs.

Avant que la buée ne se forme sur les vitres et le pare-brise, pensez à allumer la ventilation ou la climatisation. La visibilité est déjà atténuée par la pluie battante, vous n’allez pas subir en prime le phénomène de condensation !

La pluie est à l’origine d’une augmentation de pannes mécaniques des véhicules : en effet, l’humidité peut engendrer des dégâts dans les moteurs et les circuits électriques. En cas de panne de votre voiture, ouvrir le capot est contre-indiqué afin de ne pas provoquer des dommages supplémentaires.

Vous vous retrouvez à traverser des eaux profondes (inondations, crues…) et vous avez calé ? Surtout, ne redémarrez pas au risque d’aggraver l’état de panne de votre véhicule.

Pour résumer, que faire pour conduire sous la pluie sans se mettre en danger :

●     s’arrêter pour attendre la fin de l’averse

●     mettre en route le chauffage, désembuer les vitres

●     allumer les feux de croisement

●     réduire sa vitesse

●     espacer les distances entre les véhicules

Partagez cet article où vous le voulez !